Afrique du Sud

Peu à peu les paysages arides se recouvrent d'une couleur surnaturelle à nos yeux, un manteau vert. Avec les premiers cours d'eaux apparaissent les premières plantations, principalement des vignes et des orangers. Avec les premières pluies de la saison émergent les premières fleurs le long des routes, puis progressivement recouvrent des champs entiers de jaune, orange, violet et blanc. Les kopje laissent place à la chaîne de montagne de Cerderberg cachant des peintures rupestres San, des cascades et belles formations rocheuses. A l'approche de Cape Town, le ciel bleu immaculé dont nous sommes habitués depuis plusieurs mois laisse place à des nuages et de la brume. L'hiver n'est pas terminé, il fait frais et humide.


CAPE TOWN - Cadre naturel somptueux

Entre les superbes plages et la majestueuse Table Mountain, Cape Town bénéficie d'un cadre naturel unique qui m'a rappelé des souvenirs de Rio de Janeiro. Au centre ville, la montagne de Lion Head offre une vue de 360 dégrées sur Cape Town, le port, la Table Mountain culminant à 1086m d'altitude. La route spectaculaire du Chapman's Drive serpente la côte escarpée et surplombe les eaux déchainées de l'océan Atlantic. Côté océan indien, une colonie de pingouins d'Afrique a élu domicile dans une petite crique idyllique à l'eau turquoise et calme. La Table Mountain se prolonge sous forme de péninsule sur une centaine de kilomètres jusqu'au Cape de Bonne Espérance, lieu redouté par les marins pour ses eaux très agitées. Contrairement à ce que l'on dit, il ne s'agit pas du point le plus au sud de l'Afrique, mais avec son promontoire rocheux face à la mer, la force des eaux accompagnées de forts vents, il offre vraiment le sentiment d'être au bout du monde.

Malheureusement, tout comme la métropole brésilienne, c'est aussi une des villes les plus inégalitaires du monde. Durant les années 60-70, des Townships ont été créés comme dortoirs afin de fournir de la main d'œuvre. Dépourvu de logements légaux, ils construisirent des logements de fortunes que le gouvernement essaya de démolir à maintes reprises. Aujourd'hui, ils font partis des Cape Flats de manière permanente et si la situation sanitaire s'est améliorée, la criminalité et la drogue restent un gros problème. Même si le régime de l'Apartheid a été démantelé, l'Apartheid culturel existe encore. D'une certaine manière, la discrimination basée sur la richesse a remplacé celle basée sur la race.


LA COTE - Les baleines et la pointe de l'Afrique

Tout au long de la côte, les paysages alternent entre falaises abruptes et plages de sable blanc. Le parc national de De Hoop et ses énormes dunes de sable nous ont offert un cadre superbe et sauvage pour voir les baleines se jetant dans les airs ou nous saluant de leurs nageoires. A Plettenberg, une randonnée le long des falaises rocheuses de la péninsule de Robberg nous a permis d'admirer les colonies d'otaries dans les eaux calmes et turquoise de la baie ainsi que les baleines du côté de l'océan.

Au Cape Angulas, nous avons atteint le point le plus au sud de l'Afrique. Contrairement au Cape de Bonne Espérance, il n'y a ici ni falaise ni de Cape à proprement dit. Peut importe, la côte est belle et il n'y a que très peu de touristes. Depuis notre arrivée le long de la côte d'Afrique du Sud, la météo nous a joué des tours. Nous avons eu beaucoup de grisaille, du vent et de la pluie. A Port Elizabeth, nous avons quitté la côte pour rejoindre le Lesotho. En une vingtaine de kilomètres déjà, la grisaille et la pluie laissent place à des paysages plus secs. Les changements de climats selon les régions sont impressionnants.


KWAZULU NATAL - Terres du peule Zulu

Nous avons temporairement quitté l'Afrique du Sud pour découvrir la beauté et la simplicité du Royaume de Lesotho, une enclave dans l'Afrique du Sud. Après une semaine dans les hauteurs de la chaine de Drakensberg du Lesotho, nous avons entamé la longue descente du fameux col de Sani, puis traversé des kilomètres de collines recouvertes de plantations de canne à sucre et parsemées de cahutes aux toits de tôles du peuple Zulu. Contrairement au développement de la région côtière, ici le mode de vie est vraiment plus... Africain.

Histoire suivante - Lesotho

REQUINS - Et si on se jetait à l'eau ?

Les requins jouent un rôle extrêmement important pour l'écosystème de nos océans. Ils prennent soins des faibles et des malades et assurent la diversité des espèces. Malheureusement, la population des Grands Requins Blancs a décliné de 79% durant ces 15 dernières années. A cette vitesse alarmante, ils pourraient être en extinction d'ici une quinzaine d'années.

Sans plus attendre, je décide de me jeter à l'eau. A Gansbaai, mon premier aperçu fût très décevant. Les compagnies offrant les plongées en cage abondent. A la place de plongeurs passionnés, des minibus sont remplis de jeunes à la recherche d'une montée d'adrénaline. Quelques jours plus tard, j'ai renouvelé l'expérience à Mossel Bay et ce fût une toute autre historie. Après un petit trajet en bateau, le capitaine coupe le moteur près d'une petite île. Il s'agit de l'habitat d'une colonie otaries et donc d'un terrain de chasse pour les Grands Requins Blancs. La cage est mise à l'eau et l'équipage répand de la soupe de poisson afin d'attirer les prédateurs. En quelques minutes les premiers requins apparaissent et nous prenons place dans la cage. Durant une heure, six grands requins blancs mesurant environ 4 mètres de long ont à tour de rôle défilés sous nos yeux. Si les plongeurs novices pourraient avoir l'impression d'être une proie, en réalité les requins sont intéressés par la tête de thon utilisée pour les attirer. Protégeant leurs yeux durant l'attaque, ils ne se rendent pas compte de la distance de la cage et ils touchent parfois les barreaux. Aucun doute, ce sont de puissantes créatures méritant le respect !

Près de Durban, le récif d'Aliwal Shoal est connu pour d'autres espèces de requins. Arrivés sur site, nous commençons à nous équiper. Tout autour de nous, les ailerons scionnent la surface de l'océan. Détendeur en bouche, nous sautons l'eau. Nous nous retrouvons au cœur d'un groupe d'une vingtaine de requins à pointe noir Océanique nageant docilement entre les plongeurs. De temps à autre, notre dive master sort une sardine d'un tambour relié à une bouée à la surface. Les prédateurs s'agitent une fraction de seconde pour attraper le poisson, puis reprennent leur rythme de nage plus lent. Durant plus d'une heure, nous étions en tête à tête (sans cage) avec les requins qui nous jetaient des regards curieux, mais n'ont jamais montré de signe d'agressivité. C'est comme si le temps s'était arrêté, comme si ne n'était qu'un rêve qui risquait de s'évaporer d'une seconde à l'autre. Et pour couronner le tout, nous avons été bercés par le chant des baleines durant toute la durée de notre plongée. Ce fût un moment absolument magique !

La deuxième immersion était une simple plongée sur récif ou nous avons eu la chance de voir un petit groupe de Requins Affreux se reposant dans le sable. A notre arrivée le groupe s'est dissout puis les requins sont revenus un à un pour nous observer de plus près. Je dois dire qu'avec leur dentition proéminente, cette espèce n'a pas été gâtée par la nature pour son côté esthétique.

J'espère vraiment que l'humanité va finalement se rendre compte de l'importance et de l'urgence de sauver nos océans, producteur de plus de 50% de l'oxygène de l'atmosphère de notre planète.


WILD COAST - Migration des Sardines

De caractère plutôt timide et réservée, je ne me suis jamais projetée devoir parler devant des caméras et encore moins dans une langue étrangère. Mais pourtant je n'ai pas eu une seconde d'hésitation lorsque qu'il s'agissait du prix à payer pour exhausser un de mes rêve de plongeuse. J'ai été sélectionnée pour être l'une des 24 plongeurs pour un tournage d'une production TV sur le phénomène de la migration des sardines. Il s'agit de l'une des plus grandes migrations au monde, attirant les grands prédateurs tels que les requins, dauphins, baleines, oiseaux, etc. Ce fût aussi l'occasion de découvrir la splendide Wild Coast (ex-Transkei), ses cascades plongeant directement dans l'océan, ses superbes formations rocheuses ainsi que ses plages de sable blanc. Pour le détail de cette expérience fascinante, il faudra attendre la diffusion de la série "Bait Ball" qui sera sur les écrans un peu partout dans le monde d'ici début 2017. En attendant je dois garder le suspense...


SODWANA - Plongée et retrouvailles

En atteignant Sodwana Bay au nord de Durban, un Land Rover nous dépasse. Avec un énorme sourire aux lèvres, le conducteur nous jette : "Hey, tu te souviens de nous ?" Trois mois plus tôt, lorsque nous traversions le parc national de Chobe au Botswana, Steve et ses potes se sont mis de côté pour nous laisser passer sur une piste de sable et ont bondi hors de leur véhicule en euphorie en découvrant que nous avons fait la route depuis l'Europe. Après avoir brièvement échangé quelques mots, nous sommes repartis chacun de notre côté. A des centaines de kilomètres de notre première rencontre, il était là avec son pote Tim ainsi que son bateau équipé pour sa première sortie de pêche. Nous sommes finalement restés dans le même camping et avons passé une super soirée autour du braai (grillades). Le lendemain matin, Rapha s'est joint à eux pour leur sortie en bateau alors que de mon côté j'ai été faire mes plongées. De retour à la terre ferme, le visage livide, Rapha a décrit cette sortie comme la pire journée de sa vie. Bienvenu au club du mal de mer... Pour moi en revanche, ce furent des superbes plongées. Malgré une température de l'eau juste au dessus de 20 degrés, Sodwana abrite un récif très varié et sain. Il y a du superbe corail, les poissons abondent et les raies et tortues font toujours plaisir à voir.


KRUGER - Complet même hors saison

En route pour Kruger, nous avons longé le canyon de Blyde et ses différents points de vues dont le superbe Bourke's Luck pothole, des marmites géantes érodées dans la roche rouge.

Comment remplir les logements du parc national de Kruger hors de la période de vacances ? Il suffit de faire une promotion de 50% pour les retraités qui installent volontiers leur caravane pour quelques semaines. Du coup, même en réservant quelques jours en avance, il ne reste que quelques places dans les coins les plus éloignés du parc. Pour nous ça s'est résumé à plus de conduite et ne pas pouvoir être aux points les plus intéressants à la première heure du jour (l'aube et l'aurore sont les meilleures moments pour voir les animaux). Peut être dû à ça, nous n'avons pas eu la chance de voir de léopard. Mais peut importe, nous avons vu pleins d'éléphants se nourrissant aux abords des nids de rivières asséchées ou courant désespérément pour rejoindre les points d'eau, des rhinocéros se reposant à l'ombre, des familles de lions partageant un proie, des girafes essayant d'atteindre l'inatteignable, des hippopotames faisant des bulles dans les gouilles d'eau et même un serval (félin) à la recherche de son petit déjeuné.


HYUNDI tire la langue

Le compteur de Hyundi a franchi la ligne des 200'000 kilomètres mais ce ne fût pas sans petits bobos. Le tuyau de diesel à haute pression à relâché 30'000 kilomètres après notre "réparation à la Mc Giver" à Oman. Les concessionnaires Hyundai ne traitent pas les modèles non commercialisé dans le pays et nous n'avons pas non plus trouvé la pièce dans les magasins de pièces pour véhicules Coréens. Afin de pouvoir poursuivre notre route jusqu'à Cape Town, deux mécaniciens nous sont venus en aide en soudant temporairement une nouvelle connexion. A Cape Town, nous trouvons enfin des pneus de la bonne taille et faisons fabriquer notre tuyau diesel haute pression sur mesure. Après avoir franchi une série de cols à plus de 3000 mètres avec un moteur affaibli, nous avons été forcés de passer quelques jours à Durban pour faire la tournée des différents spécialistes afin d'identifier le problème. Après 3 jours à tourner autour du pot sans résultats, Hyundai a connecté Hyundi à un ordinateur pour tester les injecteurs. Mauvaise nouvelle, l'un d'entre eux est mort. Afin de limiter les couts, un des premiers garagistes à qui nous nous étions adressés nous met son garage à disposition. Miracle, en un coup de fil, il trouve un nouvel injecteur qui nous est livré dans l'heure qui suit. A la tombée de la nuit, nous pouvons enfin rejoindre notre camping avec un véhicule qui a retrouvé la pêche ! Un énorme merci à André et son équipe pour leur précieuse aide, leur temps et les conseils qu'ils nous ont généreusement offerts.


EXEMPTION DE VISA - Ca n'a ni queue ni tête

En Afrique du Sud, les Européens (Suisses incl.) ont droit à trois mois d'exemption de visa. Quelques semaines plus tôt, lorsque j'ai laissé Raphael en Namibie pour venir participer au tournage sur la migration des sardines, je ne m'imaginais que je me retrouverais dans une telle situation. A mon retour en Namibie, nous avons visité le pays durant 6 semaines avant de finalement entrer en Afrique du Sud par la route. A ma grande surprise, l'officier m'a informé qu'il ne me restait que cinq semaines. En effet, l'exemption commence le jour ou tu poses le pied dans le pays, peu importe que tu y restes un jour ou trois mois, lorsque tu quittes le pays, les jours continuent à courir. Si tu reviens durant les trois mois, ils ne te donnent que les jours restants. Il n'y a plus d'extension possible et il n'est pas possible d'aller dans un pays voisin et revenir. Si tu reviens après ces trois mois, ils te donnent sept jours pour quitter le pays. Le seul moyen de renouveler l'extension est de rentrer dans ton propre pays. Cette super loi nous a obligé à visiter le pays en un temps record, pas le temps de prendre des jours de repos, c'est "click" une photo et on reprend la route. Il a fallut planifier notre itinéraire en comptant les jours ainsi que les différents points d'intérêts tout en prenant compte des caprices mécaniques de Hyundi. Ce ne fût pas de tout repos !


SOUTH AFRICA - Un pays de contrastes

L'Afrique du Sud est un pays de contraste ou les merveilles naturelles sont côte à côte avec les endroits les plus horribles. Le pays a l'économie la plus importante d'Afrique ainsi qu'une pauvreté frappante. Les citoyens les plus accueillants et chaleureux vivent côte à côte avec des criminels violents. Il est difficile de ne pas tomber dans la paranoïa lorsque des panneaux routiers indiquent "Alerte de criminalité - Ne pas s'arrêter !". Ca n'a pas aidé non plus d'être rappelé quotidiennement des précautions de sécurité. Cela représente-t-il la réalité ? Quelque soit la réponse, cette situation ne nous a pas mis à l'aise et c'est vraiment dommage ! L'Afrique du Sud a une grande variété de paysages allant des côtes et des déserts aux montagnes et aux savanes ainsi qu'une faune très variée allant des pingouins et des baleines aux lions et aux éléphants.

Notre séjour en Afrique du Sud nous a laissé une impression mitigée. Nous avons passé bien trop de temps à chercher des pièces détachée et réparer Hyundi alors que cela nous a fait rencontrer des gens extrêmement chaleureux qui n'ont pas hésité à mettre leur tâches de côté pour nous venir en aide. Si le problème de sécurité était quotidiennement présent dans nos esprits, nous avons contourné le problème en passant d'une bulle sécurisée à l'autre. Après des années de voyages, je me suis rendue compte que quelque soit mes expériences, je ne garde que les bons souvenirs. Les mésaventures deviennent simplement des anecdotes sur lesquelles rigoler. Ce qui va incontestablement rester gravé dans ma mémoire sont les paysages à couper le souffle que nous avons découverts lors de nos randonnées, la diversité de la faune, mais plus que tout, les incroyables rencontres avec la vie sous-marine. Il est difficile de trouver les mots pour décrire l'émotion qui accompagne les regards échangés avec une baleine à bosse de 40 tonnes, des dauphins joueurs où des requins curieux. Etre immergée dans l'océan est comme pénétrer un autre univers ou je me sent embrassée par les éléments.




Histoire précédente - Namibie            Histoire suivante - Mozambique