Botswana

Après une courte traversée en ferry et un passage de frontière simple et rapide, nous avons fait le plein de nourriture, eau, diesel avant d'entamer notre périple au travers du parc national de Chobe.

Les officiers du poste de police de Kachikau nous ont généreusement laissé camper sur leur parking afin que nous soyons plus proches de l'entrée du parc le lendemain matin. Au levé du soleil, nous avons finalement atteint la piste de sable traversant le parc national. Il a fallu deux heures pour rejoindre Gchoa Gate, puis deux supplémentaires jusqu'à Savuti, le meilleur endroit pour voir les animaux. Malgré avoir commencé la journée avant le levé du soleil, nous avons atteint Savuti trop tard pour voir les prédateurs à l'action. Nous n'avons vu ni lions, ni léopards. Même si les gnous, girafes, éléphants, antilopes, impalas et phacochères étaient au rendez-vous, c'était beaucoup de conduite pour finalement peu de récompense à notre gout. Après avoir quitté le parc, nous avons été surpris par un léopard traversant la route ainsi qu'une vingtaine d'éléphants s'abreuvant à un énorme point d'eau avec les hippopotames. Trop tard pour atteindre un camping, nous avons passé la nuit près du point d'eau. Durant la nuit, des éléphants ont défriché un arbre à quelques mètres du van alors que des chacals nous ont rendu visite un peu plus tôt dans la nuit. Inutile de mentionner qu'à aucun moment nous n'avons mis les pieds dehors, ni de jour, ni de nuit. Même si nous ne les avons pas vus, les lions sont apparemment partout.

Si nous n'avons pas rencontré de touristes durant tout le voyage en Afrique de l'ouest jusqu'en Zambie, dès notre arrivée au Botswana, nous avons été surpris de découvrir le parking du supermarché bondé de 4x4 de location équipés de leur tente de toit. Il s'agit d'un concept très en vogue pour découvrir le sud de l'Afrique à partir de la Namibie ou de l'Afrique du Sud. Les plus aventuriers vont jusqu'au Botswana, laissent le véhicule à la frontière afin de rejoindre les chutes Victoria en bus et reviennent le soir même. Si nous n'avons plus l'impression d'être les seuls touristes en Afrique, nous n'avons rencontré que très peu de voyageurs « long terme » avec leur propre véhicule.

Il y a quelques années, en découvrant un documentaire sur la migration des sardines en Afrique du Sud, je me suis dit qu'un jour j'irais voir ce phénomène de mes propres yeux. Durant l'hiver, les sardines suivent le courant froid remontant la côte est, attirant des prédateurs tels que des dauphins, baleines, requins et oiseaux. En ce mois de mai, la saison des sardines était sur le point de commencer et j'étais plus que jamais prête pour l'aventure. J'ai malheureusement été très vite découragée par les prix mentionnés sur internet. Le 3 juin au matin, alors que j'étais en Zambie, je suis tombée sur l'annonce d'une production TV : "Besoin de plongeurs pour le Sardine Run, dernier délai d'inscription, 1er juin". N'ayant rien à perdre, j'ai envoyé un email avant de reprendre la route. Deux jours plus tard, de retour à la civilisation, j'ai découvert que le producteur m'avait répondu 15 minutes après voir envoyé mon email, me demandant de remplir un formulaire et de lui renvoyer le même jour avant midi. Le casting était bouclé et mon unique chance était un désistement de dernière minute. Quelques jours plus tard, au nord du Botswana, alors que je m'apprêtais à quitter la couverture du réseau, j'ai reçu un email du producteur me demandant de lui envoyer une vidéo sur mes motivations de participation. Envoyer une vidéo avec une connexion 2G ? J'ai passé la matinée à regarder la progression de mon téléchargement, les coupures et innombrables recommencements à zéro. Mais ça a finalement passé ! Deux jours plus tard, j'ai reçu la confirmation, départ moins d'une semaine plus tard !

Depuis Maun, nous avons laissé tomber l'idée de passer plus de temps à courir après les grands 5 autour du Delta d'Okavango et avons pris la route pour une longue traversée du désert de Kalahari jusqu'à Windhoek en Namibie où j'ai embarqué pour Durban. Pendant mes deux semaines de pure plaisir, Raphael s'est occupé de trouver des pièces détachées et faire le service du van.

Le Botswana étant plutôt orienté sur le tourisme haute gamme et donc un peu plus cher que les pays voisins, nous ne nous sommes pas trop attardés et l'avons traversé assez rapidement afin de rejoindre la Namibie, un pays que nous étions impatients de découvrir.




Histoire précédente - Zambie                        Histoire suivante - Namibie