Egypte

Durant les trois semaines passées au chevet d'Adelina, la présence de ses amis et de sa famille ont été le fruit de sa générosité, son écoute et sa présence pour son entourage tout au long de sa vie. A tour de rôle, nous avons eu le temps de partager ce qui était dans nos cœurs. Cette union et chaleur humaine qui a régné autour d'elle jour et nuit l'ont aidée à partir en paix et en toute lucidité. Le 10 septembre, c'est le visage paisible et serein qu'elle est partie pour le grand voyage.

A la dernière minute, nous décidons de rejoindre Alain et un groupe d'amis pour une croisière de plongée d'une semaine en mer rouge jusqu'aux îles Brothers. Nos différentes immersions autour de Big Brother et Little Brother nous ont permises d'admirer l'abondance de poissons et coraux autour du récif, mais aussi l'observation de requins de récif gris ainsi que d'un requin marteau. Cette croisière est aussi l'occasion de découvrir l'épave du Thistlegorm, un navire de transport qui fût réquisitionné au début de la deuxième guerre mondiale afin d'équiper l'armée anglaise. Le 6 octobre 1941, le navire de 126 mètres fût attaqué par deux bombardiers Allemands. Nos différentes plongées sur ce site nous ont permises d'explorer les différentes cales où reposent encore les cargaisons de motos, véhicules, camions, locomotives et une mitrailleuse anti-aérienne. Seuls les poissons et coraux qui ont ici élus domicile me rappellent que plus de 70 ans ont passés depuis le naufrage.

Lors d'une de mes plongées, en sautant du zodiac, j'ai eu une sensation étrange à l'oreille. Deux jours plus tard, de retour sur la terre ferme, le médecin de la chambre de décompression de Sharm el Sheikh me confirme que le tympan est percé. Avec un peu de patience, le tympan se reformera tout seul. Il faudra attendre une bonne semaine avant de pouvoir mettre la tête dans l'eau avec un bouchon de silicone et deux à trois mois avant d'envisager de replonger. Mis à part la sensation d'avoir l'oreille bouchée, je n'ai pas eu de problème d'équilibre, de douleur ou d'infection. C'est déjà ça…

Nous rejoignons ensuite le Caire en bus afin de rendre visite à mes grands parents. En cette période très mouvementée, il faut oublier les visites touristiques et limiter les déplacements en ville. Des gros mures de bétons ont étés érigés sur les grands axes dans le quartier du parlement et des ambassades afin de maitriser d'éventuels débordements. L'épicier de l'angle de la rue laisse passer les gens à travers son magasin afin de pouvoir contourner le gros mure de bêton qui sépare les deux entrées de sont épicerie. A tout moment nous pouvons entendre les hélicoptères survolant la ville. Coincés entre quatre mures, la télévision reste la seule ouverture sur ce monde qui ne tourne pas rond. Je suis peinée de savoir mes grands-parents dans cette situation, mais que faire d'autre que de respecter leur choix ?

Après quelques jours dans ce grand chaos, nous quittons la capitale, faisons un petit crochet par Sharm pour un contrôle de l'oreille puis atteignons Dahab. Dû au manque de tourisme, les taxis, auberges et commerçants désespèrent et baissent drastiquement leurs prix. Contrairement à Sharm el Sheikh, Dahab et ses petits cafés sur le front de mer reste une petite ville à échelle humaine. A quelques kilomètres de là, le Blue Hole est très prisé par les apnéistes et plongeurs techniques. Malheureusement pour moi, mon expérience du site se limite au snorkeling.

Nous rejoignons ensuite la région de Sainte Catherine. A deux heures du matin, nous grimpons le Mont Sinai, lieu où Moïse aurait reçu les Dix Commandements, afin d'admirer le levé du soleil. Dès 4h30 du matin, la nuit noir laisse place à une lueur bleu ciel illuminant les montagnes jusqu'à l'apparition de la boule de feu. A 2248 mètres d'altitude, les vêtements chauds sont de rigueur. Nous visitons ensuite le Monastère de Sainte Catherine où une église Orthodoxes et une mosquée ont été construites côte à côte.

Nous continuons ce voyage à travers le Sinai par un safari de deux jours à dos de chameaux. Accompagnés de Sobar et Mohamed ainsi que de leurs chameaux Mabrouk et Belhan, nous sillonnons les somptueux paysages désertiques ainsi que le White Canyon et Close Canyon. Une atmosphère sèche, l'absence de lune et de pollution lumineuse réunissent les conditions parfaites pour une nuit « à la belle étoile », dont le terme prend tout son sens. Deux jours loin de la civilisation, dans le silence le plus total, voilà un bon remède au burn-out. C'est un moment magique en compagnie de nos deux amis bédouins.

Nous rejoignons ensuite Nuweiba, afin de profiter une dernière fois de la mer avant notre périple pour la Jordanie. Il faudra une heure de taxi pour rejoindre Taba, la ville frontière avec l'Israël, puis un autre taxi pour traverser les 12 kilomètres de terre Israélienne afin d'atteindre la frontière Jordanienne. Seuls touristes aux frontières, les formalités s'enchainent en toute simplicité.

Le lendemain, nous quittons le pays par le pont d'Allenby afin de rejoindre Jérusalem.



Histoire précédente - Suède               Histoire suivante - Jordanie