Inde, Refuge pour les singes

Trois mois plus tard, nous revoilà à Goa. La saison sèche touche à sa fin et les touristes ont déjà désertés la région. Peut importe, ce n'est pas pour profiter de la plage et du beau temps que nous sommes ici mais pour garder le centre de réhabilitation des singes pour lequel j'ai fait du volontariat au début de l'année. Durant les trois mois d'absence des fondateurs, nous allons loger chez eux, entourés de 5 chiens et 12 chats et 39 singes.

La semaine avant notre arrivée, trois langurs dont la petite Silva que j'ai baby-sitté au début de l'année, sont morts. La raison du décès n'est pas bien définie, peut être un virus ou alors une intoxication. Cet événement nous a ouvert les yeux sur ce qu'il peut arriver, même dans un endroit aussi protégé. Nous n'avons pu nous empêcher de penser : "Et si cela était arrivé après le départ de John... ?"

A notre arrivée, le 23 mai, la mousson n'a pas encore commencé. Durant dix jours, nous prenons note du fonctionnement du centre et des différentes tâches avant le départ de Jo et John.

Après leur départ, trois singes, Baldrick, Manuel et Percy se sont battus. Manuel a fini avec une balafre sur la joue alors que Percy a eu une plus grosse entaille à la main qui a nécessité des points de suture. Baldrick étant le mâle dominant de la cage, nous soupçonnons qu'il ait attaqué Manuel ou Percy et que le second soit venu en renfort. Comme les trois singes ne peuvent plus être manipulés physiquement par les employés, nous avons piégé Percy dans une trappe afin de l'emmener au vétérinaire. En convalescence dans une autre cage, Manuel est resté seul avec Baldrick. Après des bagarres répétitives, nous n'avons pas eu d'autre choix que d'isoler Baldrick alors que Percy se repose avec Manuel.

Papa, un des 12 chat résident a fait un abcès dentaire qui a demandé une intervention chirurgicale. J'imagine qu'il n'en est pas à son premier abcès, car après le retrait de trois dents supplémentaires, il ne lui reste plus grand chose pour mastiquer ses croquettes.

A notre arrivée à l'aéroport, Aless s'est pris le repose-pied d'une chaise roulante dans la cheville. Une petite entaille, rien de bien grave. Après une semaine à se baigner dans la piscine avec les singes, son pied a doublé de volume et la plaie s'est infectée. Un mois plus tard, cinq jours d'antibiotiques et des pansements adaptés, son pied a retrouvé une taille normale et la plaie semble enfin vouloir se refermer.

Nous avons été très occupés à la préparation pour la mousson. Le changement des panneaux en plastique endommagés sur le toit des cages, installation de bâches pour protéger les singes de pluies latérales et fixation de bidons afin qu'il puissent se reposer et rester au sec. Nous avons aussi fait remplacer des tuiles abimées par les singes sauvages qui sautent régulièrement sur le toit de la maison.

Du 23 juin au 26 juillet 2014

Cinq employés gèrent les tâches journalière du centre. Chaque matin, toutes les cages sont nettoyées, les singes sont nourris, puis certains macaques sont sorti un a un à la longe afin de grimper dans les arbres, manger des feuilles ou des fourmis ainsi qu'observer et écouter les bruits de la nature. L'après-midi, c'est au tour des langurs de sortir, puis les cages sont à nouveau nettoyées avant la distribution du deuxième repas. Des pneus, cordes, tissus, caisses, cartons, bidons et jouets pour enfants sont transformés en jeux, trapèze ou balançoire pour les singes.

A côté de ça, il y a les chats, chiens et poissons à nourrir, les abreuvoirs à oiseaux ainsi que le distributeur de graines pour les écureuils à remplir. Le jardin et les plantes à entretenir, la piscine à nettoyer. Deux fois par semaine, il faut faire un voyage à la déchèterie pour y vider les ordures. Une tâche peu ragoûtante puisqu'il s'agit surtout les déchets du nettoyage des cages, les restes de fruits imbibés d'urine et de selles. Après 15 minutes de trajet à respirer cette puanteur, au volant de la camionnette, il faut se frayer un chemin à travers les collines de déchets, sans s'embourber, la pluie transformant cet endroit en un champ de bataille boueux.

Trois matinées par semaine sont dédiées à l'approvisionnement pour les singes. Accompagné d'une des employées du centre, il faut faire la tournée des marchands de gros afin de récolter les fruits et légumes de saison, arrivés à maturité ou partiellement abîmés. Nous remplissons les caisses une à une et les portons jusqu'à la camionnette. Pour trouver des fruits plus spécifiques, il faut parfois aller farfouiller dans les déchets. Une besogne pas très appétissante, mais qui permet de limiter les coûts. Le reste de l'approvisionnement est commandé chez un marchand de gros ou acheté directement au marché. Une fois de retour au centre, les aliments doivent encore être triés et lavés.

Avant notre arrivée, je me demandais si Dixie, le bébé macaque à qui je tenais compagnie en début d'année, allait se rappeler de moi. Elle m'a boudé durant une bonne semaine avant de se rapprocher de moi. Durant les premiers mois, elle et Silva, un autre bébé langur, étaient accompagnées 24 heures sur 24 et passaient les nuits dans la chambre de John. Peu de temps avant notre arrivée, elle a été introduite avec Dennis, un jeune macaque de deux ans ainsi que Ruby et Lavender, deux adultes. Rapidement, Ruby s'est improvisée mère adoptive, Dennis est devenu son meilleur compagnon de jeu et Lavender, de caractère plus timide, est devenue plus interactive.

Alors que les habitants de Goa étaient désespérés que la mousson commence afin que leurs plantations de riz poussent, les singes, eux, étaient heureux qu'il n'y ait pas de pluie durant presque tout le mois de juin. Ils ont eu un mois de plus à profiter du soleil et grimper aux arbres plutôt que de s'abriter de la pluie.

Un bébé langur nous a été remis, sa mère ayant perdu la vie après avoir été percutée par une voiture. A l'âge d'environ 3 mois, Nissa demande une attention de 24h sur 24. Elle a accepté de porter des couches, ce qui est d'une grande aide lorsqu'elle dort dans nos bras la nuit. Malgré la séparation avec sa mère et l'acclimatation à sa nouvelle vie, elle mange bien. Il n'est en effet pas rare qu'après un tel choc émotionnel, les bébés perdent appétit et se laissent mourir. Les premiers jours, nous l'avons nourrie au biberon et lui avons fait découvrir la verdure, les fruits et les légumes. Son pêché mignon, ce sont les fleurs d'hibiscus. Nous avons progressivement remplacé le lait, dont elle ne raffolait pas, par un mélange de lait au céréales pour bébé. Nissa est toujours très curieuse de ce que nous mangeons et va souvent goûter des aliments de notre assiette alors qu'auparavant elle les avait laissé de côté. Cela montre bien combien les bébés singes apprennent du comportement de leur mère.

En plus du bébé langur, nous avons recueilli Raja, un Bonnet Macaque de 25 ans, qui a passé sa vie dans une cage trop petite pour lui. Le Forestry Department nous a demandé si nous avions un espace plus grand et confortable à lui offrir pour les quelques années qui lui reste à vivre. Malgré que l'espace commence à être très limité, nous avons fait une petite place temporaire dans la cage de Nora et Kia en attendant la fabrication d'un nouvel espace pour lui.

Nous avons eu la visite d'un magnifique couple d'oiseaux appelé Calao Bicorne. Il ressemble un peu à un énorme toucan avec un casque doré sur la tête. Spectaculaire!

Du 27 juillet au 18 septembre 2014

Nous avons recueilli deux petits écureuils orphelins dont les yeux étaient encore fermés. Ils ont passé les premières semaines à dormir blottis l'un contre l'autre sur une bouillotte chaude. Depuis, ils ont ouvert les yeux et découvert qui les touchaient délicatement lorsqu'ils prenaient le biberon. C'était Nissa qui s'impatientait de pouvoir jouer avec ses nouveaux amis.

En parlant d'amis, Nissa a fait la connaissance de Dixie qui prend son rôle de grande sœur protectrice bien à cœur. Elle est fière de chasser les chiens lorsque sa protégée est effrayée. Nissa a peu à peu été présentée à la troupe de jeunes langurs. Ella, une jeune femelle, est toujours très excitée de rencontrer Nissa, mais pour l'instant ses gestes sont trop brusques pour pouvoir les laisser jouer ensemble. En revanche, un jeune mâle appelé Foster est tombé sous le charme et la serre dans ses bras à chaque rencontre. Quel romantisme !

Nous avons recueilli un chaton abandonné sur le marché de Mapsa. Pour l'habituer au contact humain et animal, il a passé un certain temps avec Nissa dans notre chambre. Bunty (un des chiens du centre) a vu cela comme une occasion pour se faire un nouvel ami et a insisté pour venir jouer avec le chaton dans la chambre. Nissa était très envieuse de leur belle interaction. Chaque jour, elle s'en approchait un peu plus, jusqu'à oser les taquiner et s'enfuir. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils deviennent les meilleurs amis du monde. Ils peuvent passer des heures à se courir après. Bien sûr, Nissa sait qu'elle a le grand avantage de pouvoir grimper et se mettre hors de portée du chaton...

Comment aurais-je pu imaginer qu'un jour je partagerais ma chambre avec deux écureuils, un chaton, un chien et un singe ? Le chien se prend pour la baby-sitter du chat, le chat se prend pour un singe, le singe pour la grande sœur des bébés écureuils et les bébés écureuils se demandent s'ils vont se faire manger par le chaton. C'est génial de les voir tous jouer ensemble comme s'ils étaient de la même espèce. Certains feraient bien de prendre exemple sur eux...

Lors d'une soirée pluvieuse, nous avons été informés qu'un langur blessé était couché au bord de la route dans le village. A notre arrivée, nous nous sommes rendu compte qu'il était probablement tombé au sol après avoir été électrocuté sur la ligne électrique. Le pauvre singe était totalement paralysé et pouvait tout juste bouger sa tête. Il est décédé durant la nuit.

Quelques semaines plus tard, le département forestier nous a apporté un jeune langur qui a nécessité une intervention chirurgicale pour une blessure profonde à la cuisse. Personne ne peut nous dire où elle a été trouvée, ni la façon dont elle s'est blessée, mais par son comportement, il y a très peu de chance qu'elle ait été un singe sauvage.

Voilà quatre mois que nous tenons ce centre et notre expérience touche à sa fin. Les propriétaires sont de retour, prêts à reprendre le flambeau. Il faut définitivement l'avoir vécu pour se rendre compte de l'investissement personnel et de l'énergie que cela implique. Ce que nous avons vécu durant quatre mois, est le quotidien de Jo et John depuis 9 ans. Il y a toujours un animal à soigner, des choses à réparer, des solutions à trouver. On fini par y consacrer sa vie.

L'arrivée de Nissa aura définitivement été le point fort de cette expérience. Jamais je n'aurais pensé vivre une telle complicité avec un singe. Nous l'avons accompagnée 24 heures sur 24 durant deux mois et demi. Elle a dormi collée à nous, dans nos bras, sur nos têtes, dans nos cous. Nous avons changé beaucoup de couches, nettoyé beaucoup de pipi et caca. Elle nous a arraché beaucoup de cheveux et donné pleins de claques. Elle nous a fait tellement rire. Sans dire un mot, nous parlons le même langage. Elle sait ce qu'elle veut et se faire comprendre. Après avoir été si proche, il est difficile de croire que dans quelques années son instinct d'animal sauvage reprendra le dessus. Elle ne se laissera probablement plus s'approcher, même pas par la personne qui l'a maternée et accompagnée durant ses premières années.

Un grand merci à Jo et John pour nous avoir accordé leur confiance en nous laissant la charge de leur maison avec ses 42 singes, 5 chiens et 13 chats. Ce fût une expérience exceptionnelle !

Jetez un oeil au site internet du centre "The Primate Trust" www.theprimatetrust.org

Histoire précédente - Brésil                     Histoire suivante - Laos