Jordanie

Nous empruntons le troisième taxi de la journée pour rejoindre Aqaba, puis sautons dans un bus pour Wadi Musa. Depuis la terrasse de l'hôtel, nous admirons la superbe vue panoramique sur Petra.

Trois siècles avant Jésus Christ, les Nabatéens, peuples d'anciennes tribus arabes se sédentarisèrent à Petra. Installés sur les routes commerciales reliant l'Inde et la Chine aux ports de la méditerranée, ils prélevaient des péages et protégeaient les caravanes transportant l'encens, les épices et les soies indiennes. Malgré la domination Grecque, les Nabatéens réussirent à établir et organiser un royaume très important, mais perdirent finalement leur pouvoir en 106 après JC, suite à la domination Romaine et le changement des routes commerciales. Dans les vallées encerclées de montagnes sablonneuses, pentes escarpées et façades abruptes furent sculptés de toute pièce des palaces, tombeaux, salles et escaliers, inspirés de l'architecture gréco-romaine, égyptienne, mésopotamienne et de styles locaux.

Au petit matin, avant l'arrivée des cars touristiques, nous serpentons dans le As Siq, une faille de 1200 mètres de long menant au Trésor. L'un des plus beaux joyaux du site, taillé de 30 mètres de large sur 43 mètres de haut, dans la roche variant du jaune au rouge selon la luminosité. Au fil de la visite, nous découvrons l'amphithéâtre ainsi que différents monuments remodelés par l'érosion, les tremblements de terre et les inondations. Durant deux jours, nous prenons le temps de nous imprégner de cette atmosphère hors du temps où déambulent les ânes, chameaux et chevaux comme nous pouvons l'imaginer à l'époque.

Nous rejoignons ensuite Karak dont l'excuse est la visite du château. C'est surtout l'opportunité de nous balader dans une petite ville où les touristes se font plus rares et les rencontres avec les locaux plus authentique. S'il y a une phrase d'anglais dont les petits comme les grands ont retenus, c'est "Welcome to Jordan". Les gens nous dévisagent avec le sourire et sont curieux de savoir d'où nous venons sans pourtant chercher à nous vendre quoi que ce soit.

Nous faisons connaissance avec le capitaine de la police touristique qui après quelques échanges, nous propose de nous faire découvrir la vallée de Bin Hammad. Plusieurs sources d'eau thermale se rejoignent dans la vallée pour former une petite rivière d'eau chaude. Malheureusement nous découvrons le site de nuit et ne pouvons qu'apercevoir la verdure chatoyante dans ce petit canyon se jetant dans la mer morte, 14 kilomètres plus bas. Mais c'est avec plaisir que nous savourons un thé bédouin à la lueur de la lune et nous relaxons dans un bassin d'eau chaude sous les étoiles. C'est un endroit difficile d'accès sans véhicule privé où nous aurions avec plaisir passé un peu plus de temps.

Nous quittons Karak afin de rejoindre la capitale, Amman pour une nuit de repos avant de transiter sur l'Israël. Après une heure de taxi, nous découvrons un poste frontière déserté. Ce n'est pas faute de nous être renseignés sur l'ouverture de la frontière en ce jour d'Aïde. Nous rebroussons donc chemin sur Amman et profitons de cette journée pour faire un petit bain dans la mer morte.

A 420 mètres au dessous du niveau de la mer, la mer morte est apparemment le lieu le plus bas de la terre. Comme déjà expérimenté dans des salines en Grèce puis dans une lagune en plein désert d'Atacama au Chili, nous nous laissons flotter comme des bouchons sans faire le moindre effort. Nous profitons aussi des propriétés minérales de son argile en nous enduisant le corps.

Le lendemain, nous quittons le pays par le pont d'Allenby afin de rejoindre Jérusalem.



Histoire précédente - Egypte               Histoire suivante - Israel