Suède

Arrivés en Suède à 21h30, il ne nous reste plus qu'à trouver un coin tranquille pour la nuit. Le lendemain, nous nous baladons dans la réserve de Kullaberg afin d'admirer le paysage verdoyant et rocheux ainsi qu'un phare surplombant la mer baltique.

En nous rapprochant de Göteborg, nous découvrons par erreur une marina dont les voiliers sont plus brillants les uns que les autres. En quête d'un lieu propice à la baignade, nous y jetons un œil de plus près. De retour à Zorro, un vieil homme nous aborde. « Vous pouvez passer une nuit ici, il y a des toilettes la bas, ainsi que des douches chaudes. » A croire qu'il peut lire dans nos pensées. Il nous a convaincu. Alors que la côte Suédoise était plutôt sableuse jusqu'ici, cette marina est complètement protégée à l'intérieur d'une crique dont la roche est polie par l'érosion. Nous profitons d'un après-midi ensoleillé pour flâner. Il est vraiment dommage que nous n'ayons pas de canoë pour explorer les îlots et petites criques dans les alentours.

Tout comme en Norvège, le camping sauvage est ici autorisé. En arrivant dans une région plus touristique, les panneaux d'interdiction de camper sont partout. Dans ces conditions, facile de dire que le camping sauvage est autorisé… Trêve de plaisanterie, depuis notre arrivée en Suède, nous trouvons assez facilement de beaux coins pour la nuit et dormons bien plus sereinement. Malgré tout, depuis cette histoire de petit mot sur le pare-brise en Allemagne nous ne dormions plus sur nos deux oreilles.

Une quinzaine de kilomètres avant la frontière Norvégienne, de grands supermarchés grouillent de gros chariots. Depuis notre départ de la Suisse, les prix montent crescendo à chaque frontière que nous traversons. Alors lorsque nous nous apercevons que dans le parking de ce super marché, stationnent majoritairement des véhicules norvégiens, dont les coffres se remplissent d'alcool et nourriture, nous avons la confirmation que la Norvège n'échappera pas à la règle.

Nous ne nous attardons pas dans le sud de la Suède pour le moment, car il y a bien des chances que nous y repassions en descendant.


Histoire précédente - danemark                    Histoire suivante - Norvège



Du 7 au 21 août 2013

Nous atteignons la capitale Suédoise à bord d'un ferry en provenance de Turku en Finlande.

La santé du papa d'Aless s'étant améliorée, Aless nous rejoint à Stockholm après 2 semaines d'absence.

A l'embouchure du lac Mälar, la ville est répartie sur quatorze îles faisant partie de l'archipel de Stockholm au bord de la mer baltique. Sur l'île de Stadsholmen, nous nous baladons dans les ruelles étroites de Gamla Stan, la vieille ville aux maisons colorées de style médiéval, entourée de ponts. Cinquante-sept ponts permettent de relier les différents quartiers entourés de canaux.

Nous quittons la ville à la recherche d'un coin tranquille et découvrons un endroit dont les infrastructures dépassent nos espérances. Une femme nous confirme que l'endroit est ouvert au public et que nous pouvons sans problème nous y installer pour la nuit. Au bord d'un petit lac, nous pouvons profiter d'un espace couvert avec une table de ping-pong ainsi que d'une scène de théâtre, un terrain de beach volley, un terrain de foot, une air de jeu, un ponton, des radeaux avec petits plongeoirs, des toilettes ainsi que de l'électricité. Tout ça, gratuitement. Que demander de plus ?! Nous passons donc deux nuits très agréables à jouer à l'échec viking sur le gazon, faire du ping-pong ou faire des jeux d'équipe sur le terrain de volley.

Après trois semaines de voyage en bonne compagnie, c'est ici que nos chemins se séparent avec les Sixenroute. Une fois de plus, la cohabitation a été facile et très agréable.

Nous rejoignons ensuite Nynashamn, d'où nous rejoignons l'île de Gotland, la terre des moutons. Durant trois jours, nous visitons principalement le nord, ainsi que la petite île voisine de Fårö. Le paysage côtier varie entre falaises, plages de sable, plage de galets mais cette région est particulièrement connue pour ses formations de calcaire sculptées par l'érosion et plus particulièrement Gamla hamn, dont la luminosité du couché de soleil nous a offert un magnifique spectacle. Sur Fårö, nous sommes gâtés par les myrtilles ainsi que les framboises poussant dans les forets et bosquets. Pendant plusieurs siècles, les habitants de l'île exploitèrent le calcaire pour l'exporter dans toute la région de la mer baltique. Il reste aujourd'hui plusieurs carrières, dont le Blue Lagoon au nord de Gotand. Ce petit lac à l'eau douce et claire, bordé de petites plages est un véritable oasis.

Avant de quitter l'île, nous visitons la ville médiévale de Visby, entourée par sa muraille de presque 3,5 kilomètres. Une ballade dans les petites ruelles pavées nous imprègne de cette atmosphère très agréable. La magnifique cathédrale de Santa Maria et sont toit en bois contraste avec les ruines de plusieurs églises du 13ème siècle, qui furent ravagées par des incendies, des attaques ou furent simplement abandonnées. Aujourd'hui, des bâtiments de plusieurs époques se mélangent à merveille et créent une vielle ville charmante, vivante et animée.

De retour sur la terre ferme, nous longeons la côte en direction du sud. A mi-août, c'est déjà la rentrée scolaire en Suède, les plages sont désertées et le climat est encore très doux.

Nous nous arrêtons au site de Ales Stenar, où 59 menhirs forment un « vaisseau solaire » semblable à Stonehenge en Angleterre. Selon des études, cette structure reposant sur une colline couverte d'herbe et surplombant la mer baltique, représente un calendrier astronomique. Avec ses 68 mètres de long, Ales Stenar est aujourd'hui la plus grande construction mégalithique de Suède.

Nous atteignons ensuite Malmö, où une ancienne zone industrielle de la ville a été redynamisée en la transformant en éco-quartier dont l'objectif est de 100% d'énergie renouvelable. Des pompes à chaleurs géothermique ainsi que des capteurs solaires sont utilisés pour l'alimentation du chauffage et de l'eau chaude. L'eau de pluie est récupérée grâce à des canaux. L'électricité provient d'éoliennes. Les véhicules d'entretien de la ville sont électriques. Un système de canalisations souterraines à vide d'air permet le ramassage instantané et sans émission de CO2 des déchets, dont l'incinération permet la production de bio gaz. Le front de mer a été agréablement aménagé faisant un endroit idéale pour la marche, la course à pieds, le vélo, le roller ou encore les cours de fitness en plein air. En face, sur l'autre rive de l'Öresund, nous pouvons apercevoir les lumières de Copenhague au Danemark relié par un pont de 7,8 kilomètres.

Nous embarquons sur le ferry reliant Trelleborg à Travemünde en Allemagne pour une traversée de 8 heures.



Histoire précédente - Finlande               Histoire suivante - Egypte