Koh Tao, Thailande

Nous voilà en route pour Kho Tao, départ de Bangkok en bus, le soir, pour une arrivée au port de Champon vers les 6h du matin. Comme d'habitude, je n'ai pas trop de peine à dormir en bus, je ne m'aperçois même pas que le bus est arrivé au port et attend l'arrivée du bateau pendant qu'Aless prend l'air. Arrivés à Kho Tao, nous prenons un taxi pour Freedom Beach.

Nous passons une semaine à faire de la plongée autour de l'ile et louons un scooter afin d'explorer les autres coins de paradis de l'ile. Et voilà, Tarzadan et Janeva (Aless et moi) s'installent dans Calipso (une cabane) sur l'ile aux quatre sous (Kho Tao). Ils passent 2 semaines à nager avec Roger le requin, à délirer avec Edouard & Emilie les écureuils, Patricia la Poule et Pierre Paul Jacques les poussins, etc. Je crois que nous avons passé trop de temps là-bas, les indiens avaient peut être raison, nous sommes sûrement des extraterrestres...

Nous savons déjà que nous allons devoir renter à Genève pour fin juillet afin d'aller à un mariage. De ce fait nous organisons la suite de notre voyage en conséquence, sans aucune logique. Nous achetons un billet d'avion pour le Mexique.

De retour à Bangkok, le soir nous mangeons un bon Pad Thai dans la rue (le meilleur !!), puis nous allons à internet pour imprimer le billet d'avion électronique de notre vol du lendemain après-midi et appeler la famille avant le départ. Il est minuit quand Aless décide de regarder le billet d'avion qui est déjà depuis au moins 30 minutes à côté de lui. Le vol part de Bangkok dans UNE HEURE !!! Nous essayons de joindre Korean airline par téléphone afin de ne pas perdre nos billets d'avion, (pour l'anglais tapez 1, pour les vols, tapez 2… Nous n'avons pas le temps de faire joujou avec le répondeur…), nous abandonnons et mettons le turbo pour accomplir notre mission : arriver à l'aéroport avant le départ de l'avion. Non pas pour monter dans l'avion, mais pour annuler notre billet afin de ne pas le perdre. Nous allons au pas de course jusqu'au guest house, ramassage des affaires comme nous pouvons, saut dans le taxi de Superman, 30 minutes plus tard nous sommes à l'aéroport après avoir fait du 80 km/h en pleine ville et grillé une dizaine de feux. Il est 1h10, le vol part à 1h30, c'est un grand sourire qui nous attend au comptoir de Korean airline (qui est déjà fermé), « nous avons eu un souci sur la route, désolé du retard… ». Ils commencent à tapoter sur l'ordinateur sans dire un mot, nous retenons notre respiration. L'hôtesse nous demande si nous pouvons prendre nos sacs avec nous dans l'avion et jeter tous les liquides. Of course ! Est-ce que ça voudrait dire que nous pouvons encore monter dans l'avion ? Ils continuent à téléphoner et tapoter sur l'ordinateur, puis une Stewart nous dit que quelqu'un va venir chercher les sacs, il nous demande de le suivre au pas de course à travers l'aéroport avec ma mini jupe, mes tongues, mes palmes dans une main (puisque nous n'avons pas tellement eu de temps pour nous attarder sur le rangement dans le sac) et mon petit sac à dos dans l'autre. Passage express de la sécurité, continuation de la course, Aless avec son sac de costumes et chemises faites sur mesure à Bangkok, nous y voilà, dans l'avion, fermeture des portes derrière nous. Il y a une heure nous étions sur internet à chatter comme si rien n'était et nous voilà dans un avion pour un voyage de 24 heures à travers l'océan pacifique.

Nous sommes fin prêts pour le Mexique, mais d'abord passage obligé par Atlanta avec 2 heures de transit. Un jeu d'enfant ?



Histoire précédente - Nord de l'Inde             Histoire suivante - Mexique