Uruguay

A la douane de Frey Benito, le douanier Uruguayen nous informe qu'il est interdit d'entrer le pays avec notre bidon d'essence de 20 litres. Après lui avoir expliqué que nous n'avons pas une grande autonomie avec le réservoir de notre véhicule et que nous ne l'utilisons qu'en cas d'urgence, il nous laisser passer sans soucis. Nous avons déjà eu droit à cette remarque lors d'une de nos entrées au Chili. La raison est simple, en Argentine un litre d'essence coute environ 0.80 CHF, alors qu'en Uruguay 1.60 CHF et au Chili 1.50 CHF…

Sur la place centrale de Mercedes, les habitants profitent des derniers rayons de soleil, un thermos d'eau chaude dans une main et un Maté dans l'autre.

Le lendemain, nous nous baladons dans les ruelles du charmant centre historique de Colonia Del Sacramento. Bien que touristique, cette petite ville au bord de l'océan a su garder tout son charme et il est très agréable de manger sur une belle terrasse ensoleillée. En quittant la ville, nous faisons la rencontre de Franz & Brigitte, des Bernois fraichement arrivés sur le continent Américain avec leur Mercedes flambant neuf.

Nous profitons de notre première journée de pluie à Montevideo pour nous mettre un peu à jour et nous relaxer dans un petit hôtel. Il faut dire que nous n'avons pas choisi le meilleur moment, car même le ciel dégagé, il ne se passe pas grand-chose pendant Semana Santa (semaine de Pâques). A l'hôtel, nous faisons la rencontre de Delia & Mauro, une Chilienne et un Brésilien habitant sur une magnifique plage dans le sud du Brésil. Nous sommes d'ailleurs invités à les visiter si nous y faisons chemin.

Nous continuons notre route en longeant la côte et flânons tout d'abord à Piriapolis, une jolie plage où les gens se baignent, jouent au volley ou prennent un bain de soleil. Près de là, nous visitons SOS Rescate de Fauna Marina, où les mammifères marins sont nourris et soignés avant d'être prêts à reprendre le large. Une petite otarie orpheline a besoin de prendre du poids avant de pouvoir rejoindre une colonie. Un pingouin de Magellan s'est retrouvé seul alors que ses amis sont partis migrer pour l'hiver. Des tortues sont en voie de récupération après avoir ingurgité des sacs plastiques dans l'océan ou avoir été pris dans des filets de pêche. La visite m'a remémoré le sauvetage d'une otarie auquel nous avons assisté près de San Francisco. Vous pouvez visiter leur site internet qui explique pourquoi et comment tout ces mammifères marins en arrivent là. www.marinemammalcenter.org

Nous arrivons finalement à Punta del Este, le Saint Tropez de l'Uruguay. Malgré les hautes constructions, ils ont su garder un bord de mer très agréable avec des passerelles permettant de faire de belles promenades le long de la plage sans être dérangés par les automobilistes. Après une nuit mouvementée par un orage, puis le passage d'une lagune avec un petit ferry gratuit, nous arrivons près d'une lagune où nous faisons la rencontre de Carole et Franck, des Vaudois ayant quitté la Suisse depuis bien longtemps. Nous décidons de rester boire un verre avant de reprendre la route. Puis finalement, pourquoi ne pas y passer une nuit. Puis on peut rester un jour de plus. Nous partirons demain. Après 3 jours, nous faisons les 120 kilomètres aller retour jusqu'au prochain village afin de nous ravitailler en nourriture et en eau. Nous passons finalement plus d'une semaine en leur compagnie. Aless et Franck passent leurs journées à jouer au Backgammon, à la pétanque et au golf alors que Carole et moi nous baladons, bouquinons, bavardons et sympathisons avec notre copain le cheval.

Le départ est difficile, d'autant plus que les deux batteries sont à plat. Mais avec un coup de main pour pousser, tout est possible avec les combis…

En continuant notre route sur la côte, nous nous arrêtons à Punta del Diablo, un petit village de vacances sur le bord de mer aux maisons et cabanes de location bien colorées. A l'épicerie, nous croisons Franz & Brigitte qui on trouvé un petit coin à quelques kilomètres de là.

Le problème est que malgré les quelques heures de route, nous ne parvenons toujours pas à démarrer le véhicule avec le contracte. Est-ce que ce sont les batteries qui sont définitivement mortes ? Est-ce ENCORE notre démarreur qui fait des siennes ? Est-ce la dynamo qui ne charge plus les batteries ? Au village frontière de Chuy, nous sommes envoyés d'un électromécanicien à l'autre car ils sont plus occupés les uns que les autres. Problème résolu ! C'était le démarreur…


Histoire précédente - Argentine                      Histoire suivante - Brésil