Zambie

Il quitte le buisson, s'arrête et nous regarde droit dans les yeux. Figés, nous retenons notre souffle. Il passe à quelques mètres de nous, puis continue son chemin à travers le camping avant de descendre la pente abrupte menant à la Luangwa River.

Grâce au parc national de South Luangwa situé de l'autre côté de la rivière, notre camping est un terrain de jeu pour les animaux de la savane. Les hippopotames prennent leur bain, les crocodiles se dorent la pilule, les babouins jouent sur les rives et les éléphants prennent soins des arbres du camping. Mais ce n'est pas tout. Des gros "matous" nous ont rendu visite durant la nuit, laissant leurs empreintes derrière eux. La magnifique vue sur la rivière est surenchérie par des couchés de soleil spectaculaires.

Au l'aube, nous avons traversé le pont menant au parc national. Les animaux se réveillent doucement, illuminés par les premiers rayons de soleil. Antilopes, zèbres et phacochères pâturent côte à côte avec les babouins creusant la terre. Des groupes d'éléphants pataugent dans la boue. Les hippopotames et girafes jouent à cache-cache. L'un se dissimule sous le "tapis vert" de choux du Nile, l'autre derrière des bouillons.

Indécis sur la direction à prendre, nous avons commencé la journée par suivre des véhicules de safaris professionnels qui nous ont tout de suite conduit à un léopard. Si celui-ci n'a semblé que peu perturbé par les 5 véhicules à ses trousses, nous n'avons pas apprécié cette bataille pour le meilleur point de vue. Après avoir pris notre propre chemin, nous avons eu l'impression d'avoir le parc à nous seuls pour le reste de la journée. Malheureusement, nous avons loupé les lions qui se cachaient dans le seul coin du parc que nous n'avons pas visité.

Au sud ouest du pays, le Zambèze large de 1,7 kilomètres tombe de toute sa largeur dans une gorge de 100 mètres de profondeur puis rejoint les gorges de Batoka.
A cette période de l'année, juste après la saison humide, la quantité d'eau est tellement importante qu'un nuage d'eau cache la chute. Durant quelques secondes seulement, des petites rafales dévoilent une fraction du spectacle. Afin d'apprécier pleinement l'ampleur de cette merveille, nous avons décidé de la découvrir depuis le ciel. Alors que j'ai choisi le vol en hélicoptère (le seul mode autorisant de prendre des photos), Raphael est monté à bord d'un microlite (aile delta motorisé). Après son vol, regardant le tableau des pilotes, il a reconnu le nom de son pilote. "Es-tu le fou qui a écrit le livre sur son incroyable voyage à moto à travers l'Afrique ?" "Oui !" Il y a vingt ans, le livre de Heiko Held (traduit "Héro" de l'Allemand) a inspiré Raphael pour son voyage à moto en Afrique. Après quelques échanges, il nous a invités à rester quelques jours avec lui et sa famille.

Depuis le Malawi, le plan était de continuer par le Mozambique. Mais nous avons changé d'avis après avoir rencontré un guide spécialisé dans les pays sud Africains. Durant les trois derniers mois, des véhicules privés circulant sur les routes principales ont été attaqués. Nous avons donc décidé de passer par la Zambie, puis descendre par la côte ouest. A Lusaka (capitale de la Zambie), nous avons rencontré un voyageur ayant tout juste traversé le Mozambique. A part un tronçon escorté par la police, la situation semblait s'être améliorée. Retour au "Plan A", nous avons laissé nos passeports à l'Ambassade du Mozambique pour la procédure des visas et fait un aller-retour jusqu'à Livingstone pour voir les chutes Victoria. Une semaine et 1100 kilomètres plus tard, de retour à Lusaka, nous récupérons nos passeports et apprenons que la situation s'est à nouveau dégradée. Durant les deux semaines précédentes, 7 civiles ont été tués et 30 blessés en conduisant sur le tronçon que nous devions traverser. Retour au "Plan B", nous avons refait 550 kilomètres jusqu'à Livingstone pour la 3ème fois pour rejoindre le Botswana...

En chemin entre Lusaka et Livingstone, nous avons quitté la route principale pour rejoindre un petit lac au couché de soleil. Partiellement entouré de foret, cet endroit paraissait sauvage et loin des habitations. Mais en continuant un peu, nous avons compris qu'il s'agissait d'un lac privé faisant parti d'une ferme. Nous avons été chaleureusement accueillis par les propriétaires, Cornwell et son frère Coniches qui ont acceptés de nous laisser camper sur leur terrain au bord du lac. A la nuit tombée, la voie lactée était comme un plafond d'étoiles recouvrant le ciel. Le matin, les oiseaux prirent leur envol alors que le soleil se levait sur le lac recouvert de brume. Une semaine plus tard, en nous arrêtant une seconde fois sur le chemin du retour, aucun de nous ne pensait que nous allions nous revoir pour une troisième fois seulement 3 jours plus tard.

Les majestueux éléphants traversant gracieusement le camping à quelques mètres de nous, la puissance phénoménale des chutes Victoria ainsi que notre belle rencontre avec nos amis de la ferme sont des moments que je ne suis pas prête d'oublier.



Histoire précédente - Malawi                      Histoire suivante - Botswana